Accessiblement Votre #3 : Paris

Bonjour à tous. Suite à de nombreux échanges plus intéressants les uns que les autres avec vous au Salon Autonomic 2016, j’ai pu réalisé qu’une thématique en particulier se dégageait de ces derniers : l’accessibilité de la ville de Paris. Pour beaucoup d’entre vous, Paris est censé faire figure d’exemple d’un point de vue national et international sur l’accessibilité, et ce n’est pas du tout le cas. Alors, ne connaissant pas aussi bien la capitale que les villes de Lille ou Lens que j’ai pu vous présenter dernièrement, j’ai décidé de m’immerger dans le monde parisien, en allant à votre rencontre et celle de certains professionnels pour évaluer au mieux l’accessibilité de la ville.

 

14H30, ARRIVÉE À PARIS : DU BON ET DU MOINS BON

Je suis parti du quartier Victor Hugo, et j’ai pu constater que les petites marches ne manquaient pas à l’entrée des boutiques du quartier. Heureusement, beaucoup de commerçants ont pensé à tout et sont plutôt nombreux à se montrer accessibles.

En me promenant, certaines contraintes pouvaient se présenter pour quelqu’un en fauteuil, comme les pavés ou l’étroitesse de certaines voieries. Le flux de monde peut également limiter certains déplacements, heureusement, les parisiens se montrent généralement très arrangeants avec les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap. En effet, j’ai été témoin d’une scène particulièrement sympathique, où une personne en situation de déficience visuelle cherchait son chemin, à priori pour aller faire des courses, en vain, jusqu’à ce qu’un couple lui vienne en aide et l’emmène jusqu’au magasin ! On entend souvent dire du mal des parisiens, jusque là, j’en ai pas vu la moindre vérité, du moins en terme d’humanité !

 

16H : PROMENADE DU CHAMP-DE-MARS JUSQU’À MONTPARNASSE

Malgré certaines voiries un peu plus grande et beaucoup moins peuplées, le constat de ma promenade est le même qu’au début de mon parcours : il y a de l’accessible mais pas partout. Pour les lieux les plus importants, l’accessibilité est optimale, heureusement. Par exemple, j’ai pu reconnaître assez de commerces accessibles dans le quartier de la rue de Cler et l’avenue de la Motte-Picquet. En remontant cette partie de la ville, j’ai pu rencontrer certains professionnels disponibles pour discuter de l’accessibilité de leur établissement. D’une manière générale, beaucoup se disent concernés mais trouvent l’investissement parfois coûteux, pour ceux qui mettent au point l’accessibilité de leur commerce, les résultats sont clairement là, en terme de visibilité et de chiffre d’affaire ! « Rendre le restaurant accessible aux personnes en fauteuil nous a permis de multiplier ma clientèle par 1,5 » m’a confié Jasmina, jeune employée de l’Himalaya proche de la tour Montparnasse, « le restaurant est peut-être étroit mais vous voyez, à chaque fois que je vois quelqu’un en situation de handicap à l’entrée, c’est un automatisme pour moi de me rendre disponible pour qu’il soit dans les meilleures conditions. »

Vous avez surement plus envie d’entendre parler de la magie parisienne, ses musées, ses monuments… Et bien je me suis rendu dans 3 d’entre eux : au Louvre, à l’Opéra Garnier et au musée Rodin. Pour ces 3 monuments, l’accessibilité est clairement au point, du moins de ce que m’a dit le personnel ! En effet, les accès permettent une réelle autonomie, des outils sont mis à disposition pour que chacun puisse suivre une visite normale (audio-guides, fauteuils prêtés etc) et le personnel est là pour aider quiconque en a le besoin.

 

18H : FIN DE PARCOURS AU TROCADERO ET BILAN FINAL

Pour me diriger au Trocadero, j’ai pu utiliser les transports en commun de la capitale, et notamment le métro. L’accessibilité générale des métros est plutôt mauvaise, car si des stations et des lignes sont clairement accessibles, d’autres ne le sont pas du tout : pas d’annonces micro des stations, pas ou peu d’ascensseurs, les points d’effort sont nombreux. Ensuite, le trocadéro est accessible par le Pont d’Iéna. Les jardins sont parfaitement accessibles en autonomie, en ce qui concerne le palais, c’est un peu plus délicat.

D’un point de vue global, Paris m’a appris deux choses. Premièrement, il ne faut pas croire tout ce qu’on dit, c’est le cas pour le Paris 100% inaccessible. Bien que beaucoup d’efforts soient à faire par certains commerces et les sociétés de transport, il faut saluer ceux qui sont au point au niveau de l’accessibilité. Rajoutons aussi la sympathie des parisien pour aider les personnes confrontées à des problèmes d’accessibilité. Deuxièmement, la majorité des lieux célèbres de Paris sont accessibles, et les travaux de modernisation ne manquent pas pour favoriser une réelle autonomie à tous.

 

Merci pour votre lecture, n’hésitez pas à nous donner votre avis sur l’accessibilité Paris et ses incontournables, car c’est grâce à vous que l’accessible devient possible.

Rendez-vous en juillet pour un nouvel épisode d’Accessiblement Votre,

A très bientôt,

Damien de Picto Travel

  Posté le 29 juin 2016 par - Non classé

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *