Accessibilité numérique & handicap

 

L’accessibilité numérique concerne 4 grandes catégories de handicap faisant appel à différentes technologies d’assistance.

  • Visuel : les personnes atteintes de cécités ou d’un handicap visuel peuvent naviguer sur les supports numériques à l’aide de lecteurs d’écran.
  • Physique : les personnes à mobilité réduite ne peuvent majoritairement pas se servir de la souris. Elles utilisent des claviers adaptés ou des claviers classiques en s’aidant du “focus” – petit encadré montrant les actions possibles sur une interface – pour naviguer et interagir sur la page.
  • Auditif : les personnes ayant une déficience auditive ont, pour certaines, un problème d’élocution et de compréhension écrite. Les problèmes rencontrés sont principalement liés à des supports vidéo ou vocaux. Il s’agit alors de proposer des alternatives de contenu (sous-titres sur une vidéo, retranscription écrite, etc.)
  • Cognitif : les personnes atteintes d’une défaillance cognitive (troubles de l’attention, de la mémoire, de la réflexion et de la perception) ont besoin d’aides à la consultation et à la navigation, que ce soit via support humain ou une technologie d’assistance.

 

Les critères d’accessibilité primordiaux :

Il existe 3 niveaux d’accessibilité donnés par le Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA) (IPEDIS, 2016) :

  • A. Site conforme à 100% au regard des critères d’accessibilité concernés.
  • AA. Site optimisé pour améliorer le confort de consultation des utilisateurs.
  • AAA. Niveau requis pour les sites dont les utilisateurs sont en situation de handicap.

 

Voici une liste des critères d’accessibilité incontournables :

  • Images : ce sont des éléments récurrents et importants dans une page web, elles peuvent aussi bien être utilisées pour le design que pour véhiculer des informations.
  • Cadres : ils permettent d’intégrer sur une page des éléments externes à celle-ci et/ou au site.
  • Couleurs : Utilisées pour le design, elles sont également porteuses d’informations pour des raisons esthétiques ou pour faire ressortir visuellement des éléments.
  • Multimédia : cela concerne principalement les vidéos, animations et sons.
  • Tableaux : ils peuvent être très complexes pour certains utilisateurs, particulièrement pour ceux atteints d’un handicap visuel.
  • Liens : les liens hypertextes permettent aux utilisateurs de naviguer à l’intérieur du site et peuvent se présenter de différentes manières (lien textuel ou lien image).
  • Scripts : la majorité des sites internet proposent aujourd’hui de l’interactivité, possible, la plupart du temps, grâce aux scripts.
  • Éléments obligatoires : une page web doit faire apparaître des éléments qui sont indispensables à une compréhension par tous.
  • Structure de l’information : la structure du document est importante pour tous les utilisateurs, car elle optimise l’utilisabilité d’un site internet.
  • Présentation de l’information : il est impératif de bien dissocier le style du contenu et d’éviter de véhiculer des informations dans les feuilles de style (via des images particulièrement)
  • Formulaires : ils sont des éléments complexes à aborder, particulièrement pour les personnes non-voyantes ou atteintes d’un handicap cognitif.
  • Navigation : une navigation pertinente et cohérente permet d’améliorer la compréhension du contenu pour les personnes ayant un handicap.
  • Consultation : elle peut être très complexe sur certains sites (rafraichissement automatique d’une page, ouverture de nouvelles fenêtres, téléchargement de fichiers…)

 

Le respect des normes permet une amélioration considérable de la consultation des sites et applications, ainsi que de l’expérience utilisateur de tous sur le Web. (IPEDIS, 2016)

Les personnes atteintes de cécité ou d’une déficience visuelle sont les plus concernées par l’accessibilité numérique. Elles naviguent  principalement à l’aide d’un lecteur d’écran et, potentiellement d’une plage braille.

Les lecteurs d’écran les plus courants :

  • JAWS (Job Access With Speech, payant) sur PC
  • NVdA (NonVisual desktop Access, gratuit) sur PC
  • VoiceOver intégré nativement sur MAC

Les plages braille sont des tablettes comportant un certain nombre de cellules composées de points Braille amovibles, pouvant se lever ou s’abaisser, pour former une lettre. Elles apportent un affinage du contenu par rapport au lecteur d’écran seul (mauvaise prononciation d’acronymes, noms à consonances étrangères, orthographe exacte d’un mot).

 

L’accessibilité est un critère qui doit être pris en compte dès le début du projet. Trop souvent, les personnes en situation de handicap sont prises en compte à la fin du projet, oubliées face à une catégorie d’utilisateurs sur laquelle l’expérimentation se basent.

 

En savoir plus sur : ux-republic

 

  Posté le 12 septembre 2017 par - Actualités, Bon plan

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *